Le portail de l'egyptologie

Lettre de M. Champollion à Thèbes

<p style= »text-align: justify; »>Le 31 juillet 1828, Jean-François CHAMPOLLION, le père de l’égyptologie française, part pour une expédition scientifique en Egypte, afin d’appliquer aux monuments la méthode de déchiffrement des hiéroglyphes, trente ans après la campagne d’Egypte où NAPOLÉON avait emmené avec lui de nombreux savants. CHAMPOLLION y restera jusqu’en décembre 1829, où il rentrera en France pour se faire soigner de la tuberculose attrapée durant son voyage.

Les lettres reproduites sur Egyptologue.fr, initialement publiée dans la revue Le Globe, ont été publié par son oncle en 1833, puis par son fils en 1867, sous le titre de « Lettres écrites d’Egypte et de Nubie en 1828 et 1829 ». Elles appartiennent aujourd’hui au domaine public.

______________________________________________

 

Lettres écrites d’Egypte et de Nubie en 1828 et 1829

Lettre septième

 THEBES.

 

 

Thèbes, le 24 novembre 1828.
Ma dernière lettre datée de Béni-Hassan, continuée en remontant le Nil et close à Osiouth, a dû en partir du 10 au 12 de ce mois ; elle parviendra par Livourne. Dieu veuille qu’elle arrive plus promptement que celles qui, depuis mon départ de France, m’ont été adressées par ceux qui se souviennent de moi ! je n’en ai reçu aucune ! C’est hier seulement, et par un capitaine de navire anglais qui parcourt l’Égypte, que j’ai appris que le Dr Pariset y était aussi arrivé et qu’il se trouve dans ce moment au Caire : mais je n’en sais pas davantage pour cela sur ma famille. S’il en était autrement, et que je fusse tranquille sur la santé de tous les miens, je serais le plus heureux des hommes ; car enfin je suis au centre de la vieille Égypte, et ses plus hautes merveilles sont à quelques toises de ma barque. Voici d’abord la suite de mon itinéraire.
C’est le 10 novembre que je quittai Osiouth, après avoir visité ses hypogées parfaitement décrits par MM. Jollois et Devilliers, dont je reconnais chaque jour à Thèbes l’extrême exactitude. Le 11 au matin nous passâmes devant Qaou-el-Kebir (Antaeopolis), et mon maasch traversa à pleines voiles l’emplacement du temple que le Nil a complètement englouti sans en laisser les moindres vestiges. Quelques ruines d’Akhmin (celles de Panopolis) reçurent ma visite le 12, et je fus assez heureux pour y trouver un bloc sculpté qui m’a donné l’époque du temple, qui est de Ptolémée Philopator, et l’image du dieu Pan, lequel n’est autre chose, comme je l’avais établi d’avance, que l’Ammon générateur de mon Panthéon. L’après-midi et la nuit suivante se passèrent en fêtes, bal, tours de force et concert chez l’un des commandants de la Haute-Égypte, Mohammed-Aga, qui envoya sa cange, ses gens et son cheval pour me ramener, avec tous mes compagnons, à Saouadji, que j’avais quitté le matin, et où il fallut retourner bon gré mal gré pour ne pas désobliger ce brave homme, bon vivant, bon convive, et ne respirant que la joie et les plaisirs.
 L’air de Marlborough, que nos jeunes gens lui chantèrent en choeur, le fit pâmer de plaisir, et ses musiciens eurent aussitôt l’ordre de l’apprendre. (Voyez l’Extrait de l’Itinéraire et les lettres du mamour, à la fin de ce volume.)
Nous partîmes le 13 au matin, comblés des dons du brave osmanli. A midi, on dépassa Ptolémaïs, où il n’existe plus rien de remarquable. Sur les quatre heures, en longeant le Djebel-el-Asserat, nous aperçûmes les premiers crocodiles ; ils étaient quatre, couchés sur un îlot de sable, et une foule d’oiseaux circulaient au milieu d’eux. J’ignore si dans le nombre était le trochilus de notre ami Geoffroi Saint-Hilaire. Peu de temps après nous débarquâmes à Girgé. Le vent était faible le 15, et nous fîmes peu de chemin. Mais nos nouveaux compagnons, les crocodiles, semblaient vouloir nous en dédommager ; j’en comptai vingt et un, groupés sur un même îlot, et une bordée de coups de fusil à balle, tirée d’assez près, n’eut d’autre résultat que de disperser ce conciliabule. Ils se jetèrent au Nil, et nous perdîmes un quart d’heure à désengraver notre maasch qui s’était trop approché de l’îlot.
Le 16 au soir, nous arrivâmes enfin à Dendérah. Il faisait un clair de lune magnifique, et nous n’étions qu’à une heure de distance des temples : pouvions-nous résister à la tentation ? Souper et partir sur-le-champ furent l’affaire d’un instant : seuls et sans guides, mais armés jusqu’aux dents, nous prîmes à travers champs, présumant que les temples étaient en ligne droite de notre maasch. Nous marchâmes ainsi, chantant les marches des opéras les plus nouveaux, pendant une heure et demie, sans rien trouver.
On découvrit enfin un homme ; nous l’appelons, mais il s’enfuit à toutes jambes, nous prenant pour des Bédouins, car, habillés à l’orientale et couverts d’un grand burnous blanc à capuchon, nous ressemblions, pour l’Égyptien, à une tribu de Bédouins, tandis qu’un Européen nous eût pris, sans balancer, pour un chapitre de chartreux bien armés. On m’amena le fuyard, et, le plaçant entre quatre de nous, je lui ordonnai de nous conduire aux temples. Ce pauvre diable, peu rassuré d’abord, nous mit dans la bonne voie et finit par marcher de bonne grâce : maigre, sec, noir, couvert de vieux haillons, c’était une momie ambulante ; mais il nous guida fort bien et nous le traitâmes de même. Les temples nous apparurent enfin. Je n’essayerai pas de décrire l’impression que nous fit le grand propylon et surtout le portique du grand temple. On peut bien le mesurer, mais en donner une idée, c’est impossible. C’est la grâce et la majesté réunies au plus haut degré. Nous y restâmes deux heures en extase, courant les grandes salles avec notre pauvre falot, et cherchant à lire les inscriptions extérieures au clair de la lune. On ne rentra au maasch qu’à trois heures du matin pour retourner aux temples à sept heures. C’est là que nous passâmes toute la journée du 17. Ce qui était magnifique à la clarté de la lune l’était encore plus lorsque les rayons du soleil nous firent distinguer tous les détails. Je vis dés lors que j’avais sous les yeux un chef-d’oeuvre d’architecture, couvert de sculptures de détail du plus mauvais style. N’en déplaise à personne, les bas-reliefs de Dendérah sont détestables, et cela ne pouvait être autrement : ils sont d’un temps de décadence. La sculpture s’était déjà corrompue, tandis que l’architecture, moins sujette à varier puisqu’elle est un art chiffré, s’était soutenue digne des dieux de l’Égypte et de l’admiration de tous les siècles.
Voici les époques de la décoration : la partie la plus ancienne est la muraille extérieure, à l’extrémité du temple, où sont figurés, de proportions colossales, Cléopâtre et son fils Ptolémée César. Les bas-reliefs supérieurs sont du temps de l’empereur Auguste, ainsi que les murailles extérieures latérales du naos, à l’exception de quelques petites portions qui sont de l’époque de Néron. Le pronaos est tout entier couvert de légendes impériales de Tibère, de Caïus, de Claude et de Néron ; mais dans tout l’intérieur du naos, ainsi que dans les chambres et les édifices construits sur la terrasse du temple, il n’existe pas un seul cartouche sculpté : tous sont vides et rien n’a été effacé ; mais toutes les sculptures de ces appartements, comme celles de tout l’intérieur du temple, sont du plus mauvais style, et ne peuvent remonter plus haut que les temps de Trajan ou d’Antonin. Elles ressemblent à celle du propylon du sud-ouest (du sud-est ?), qui est de ce dernier empereur, et qui, étant dédié à Isis, conduisait au temple de cette déesse, placé derrière le grand temple, qui est bien le temple de Hathôr (Vénus), comme le montrent les mille et une dédicaces dont il est couvert, et non pas le temple d’Isis, comme l’a cru la Commission d’Égypte. Le grand propylon est couvert des images des empereurs Domitien et Trajan. Quant au Typhonium, il a été décoré sous Trajan, Hadrien et Antonin le Pieux.
Le 18 au matin, je quittai le maasch, et courus visiter les ruines de Coptos (Kefth) : il n’y existe rien d’entier. Les temples ont été démolis par les chrétiens, qui employèrent les matériaux à bâtir une grande église dans les ruines de laquelle on trouve des portions nombreuses de bas-reliefs égyptiens.
J’y ai reconnu les légendes royales de Nectanèbe, d’Auguste, de Claude et de Trajan, et plus loin, quelques pierres d’un petit édifice bâti sous les Ptolémées. Ainsi la ville de Coptos renfermait peu de monuments de la haute antiquité, si l’on s’en rapporte à ce qui existe maintenant à la surface du sol.
Les ruines de Qous (Apollonopolis Parva), où j’arrivai le lendemain matin 19, présentent bien plus d’intérêt, quoiqu’il n’existe de ses anciens édifices que le haut d’un propylon à moitié enfoui. Ce propylon est dédié au dieu Aroëris, dont les images, sculptées sur toutes ses faces, sont adorées du côté qui regarde le Nil, c’est-à-dire sur la face principale, la plus anciennement sculptée par la reine Cléopâtre Cocce, qui y prend le surnom de Philométore, et par son fils Ptolémée Soter II, qui se décore aussi du titre de Philométor. Mais la face supérieure du propylon, celle qui regarde le temple, couverte de sculptures et terminée avec beaucoup de soin, porte partout les légendes royales de Ptolémée Alexandre Ier en toutes lettres ; il prend aussi le surnom de Philométor. Quant à l’inscription grecque, la restitution de [Grec : Sotarès ?], au commencement de la seconde ligne, proposée par M. Letronne, est indubitable ; car on y lit encore très-distinctement … [Grec : tarès ?], et cela sur la face principale où sont les images et les dédicaces de Cléopâtre Cocce et de son fils Ptolémée Philométor Soter II.
Mais M. Letronne a mal à propos restitué [Grec : Aelioi ?] là où il faut réellement [Grec : AROAeREI], transcription exacte du nom égyptien du dieu auquel est dédié le propylon ; car on lit très-distinctement encore dans l’inscription grecque, [Grec : AROAeREIThEOI].
J’ai trouvé aussi dans les ruines de Qous une moitié de stèle datée du 1er de Paoni de l’an XVI de Pharaon Rhamsès-Meïamoun, et relative à son retour d’une expédition militaire ; j’aurai une bonne empreinte de ce monument, trop lourd pour qu’on puisse penser à l’emporter.
C’est dans la matinée du 20 novembre que le vent, lassé de nous contrarier depuis deux jours et de nous fermer l’entrée du sanctuaire, me permit d’aborder enfin à Thèbes. Ce nom était déjà bien grand dans ma pensée, il est devenu colossal depuis que j’ai parcouru les ruines de la vieille capitale, l’aînée de toutes les villes du monde ; pendant quatre jours entiers j’ai couru de merveille en merveille. Le premier jour, je visitai le palais de Kourna, les colosses du Memnonium, et le prétendu tombeau d’Osimandyas, qui ne porte d’autres légendes que celles de Rhamsès le Grand et de deux de ses descendants ; le nom de ce palais est écrit sur toutes ses murailles ; les Égyptiens l’appelaient le Rhamesséion, comme ils nommaient Aménophion le Memnonium, et Mandouéion le palais de Kourna. Le prétendu colosse d’Osimandyas est un admirable colosse de Rhamsès le Grand.
Le second jour fut tout entier passé à Médinet-Habou, étonnante réunion d’édifices, où je trouvai les propylées d’Antonin, d’Hadrien et des Ptolémées, un édifice de Nectanèbe, un autre de l’Éthiopien Tharaca, un petit palais de Thouthmosis III (Moeris), enfin l’énorme et gigantesque palais de Rhamsès-Meïamoun, couvert de bas-reliefs historiques.
Le troisième jour, j’allai visiter les vieux rois de Thèbes dans leurs tombes, ou plutôt dans leurs palais creusés au ciseau dans la montagne de Biban-el-Molouk : là, du matin au soir, à la lueur des flambeaux, je me lassai à parcourir des enfilades d’appartements couverts de sculptures et de peintures, pour la plupart d’une étonnante fraîcheur ; c’est là que j’ai recueilli, en courant, des faits d’un haut intérêt pour l’histoire ; j’y ai vu un tombeau de roi martelé d’un bout à l’autre, excepté dans les parties où se trouvaient sculptées les images de la reine sa mère et celles de sa femme, qu’on a religieusement respectées, ainsi que leurs légendes. C’est, sans aucun doute, le tombeau d’un roi condamné par jugement après sa mort. J’en ai vu un second, celui d’un roi thébain des plus anciennes époques, envahi postérieurement par un roi de la XIXe dynastie, qui a fait recouvrir de stuc tous les vieux cartouches pour y mettre le sien, et s’emparer ainsi des bas-reliefs et des inscriptions tracées pour son prédécesseur. Il faut cependant dire que l’usurpateur fit creuser une seconde salle funéraire pour y mettre son sarcophage, afin de ne point déplacer celui de son ancêtre. A l’exception de ce tombeau-là, tous les autres appartiennent à des rois des XVIIIe et XIXe ou XXe dynasties ; mais on n’y voit ni le tombeau de Sésostris, ni celui de Moeris. Je ne parle point ici d’une foule de petits temples et édifices épars au milieu de ces grandes choses : je mentionnerai seulement un petit temple de la déesse Hathôr (Vénus), dédié par Ptolémée-Épiphane, et un temple de Thoth près de Médinet-Habou, dédié par Ptolémée Évergète II et ses deux femmes ; dans les bas-reliefs de ce temple, ce Ptolémée fait des offrandes à tous ses ancêtres mâles et femelles, Épiphane et Cléopâtre, Philopator et Arsinoé, Évergète et Bérénice, Philadelphe et Arsinoé. Tous ces Lagides sont représentés en pied, avec leurs surnoms grecs traduits en égyptien, en dehors de leurs cartouches. Du reste, ce temple est d’un fort mauvais goût à cause de l’époque.
Le quatrième jour (hier 23), je quittai la rive gauche du Nil pour visiter la partie orientale de Thèbes.
Je vis d’abord Louqsor, palais immense, précédé de deux obélisques de près de 80 pieds, d’un seul bloc de granit rose, d’un travail exquis, accompagnés de quatre colosses de même matière, et de 30 pieds de hauteur environ, car ils sont enfouis jusqu’à la poitrine. C’est encore là du Rhamsès le Grand. Les autres parties du palais sont des rois Mandoueï, Horus et Aménophis-Memnon ; plus, des réparations et additions de Sabacon l’Éthiopien et de quelques Ptolémées, avec un sanctuaire tout en granit, d’Alexandre, fils du conquérant. J’allai enfin au palais ou plutôt à la ville de monuments, à Karnac. Là m’apparut toute la magnificence pharaonique, tout ce que les hommes ont imaginé et exécuté de plus grand. Tout ce que j’avais vu à Thèbes, tout ce que j’avais admiré avec enthousiasme sur la rive gauche, me parut misérable en comparaison des conceptions gigantesques dont j’étais entouré. Je me garderai bien de vouloir rien décrire ; car, ou mes expressions ne vaudraient que la millième partie de ce qu’on doit dire en parlant de tels objets, ou bien si j’en traçais une faible esquisse, même fort décolorée, on me prendrait pour un enthousiaste, peut-être même pour un fou. Il suffira d’ajouter qu’aucun peuple ancien ni moderne n’a conçu l’art de l’architecture sur une échelle aussi sublime, aussi large, aussi grandiose, que le firent les vieux Égyptiens ; ils concevaient en hommes de 100 pieds de haut, et l’imagination qui, en Europe, s’élance bien au-dessus de nos portiques, s’arrête et tombe impuissante au pied des cent quarante colonnes de la salle hypostyle de Karnac.
 
Dans ce palais merveilleux, j’ai contemplé les portraits de la plupart des vieux Pharaons connus par leurs grandes actions, et ce sont des portraits véritables ; représentés cent fois dans les bas-reliefs des murs intérieurs et extérieurs, chacun conserve une physionomie propre et qui n’a aucun rapport avec celle de ses prédécesseurs ou successeurs ; là, dans des tableaux colossals, d’une sculpture véritablement grande et tout héroïque, plus parfaite qu’on ne peut le croire en Europe, on voit Mandoueï combattant les peuples ennemis de l’Égypte, et rentrant en triomphateur dans sa patrie ; plus loin, les campagnes de Rhamsès-Sésostris ; ailleurs, Sésonchis traînant aux pieds de la Trinité thébaine (Ammon, Mouth et Khons) les chefs de plus de trente nations vaincues, parmi lesquelles j’ai retrouvé, comme cela devait être, en toutes lettres, Ioudahamalek, le royaume des Juifs ou de Juda (Pl. 2.) C’est là un commentaire à joindre au chapitre XIV du troisième livre des Rois, qui raconte en effet l’arrivée de Sésonchis à Jérusalem et ses succès : ainsi l’identité que nous avons établie entre le Sheschonck égyptien, le Sésonchis de Manéthon et le Sésac ou Scheschôk de la Bible, est confirmée de la manière la plus satisfaisante. J’ai trouvé autour des palais de Karnac une foule d’édifices de toutes les époques, et lorsque, au retour de la seconde cataracte vers laquelle je fais voile demain, je viendrai m’établir pour cinq ou six mois à Thèbes, je m’attends à une récolte immense de faits historiques, puisque, en courant Thèbes comme je l’ai fait pendant quatre jours, sans voir même un seul des milliers d’hypogées qui criblent la montagne libyque, j’ai déjà recueilli des documents fort importants.
Je joins ici la traduction de la partie chronologique d’une stèle que j’ai vue à Alexandrie : elle est très-importante pour la chronologie des derniers Saïtes de la XXVIe dynastie. J’ai de plus des copies d’inscriptions hiéroglyphiques gravées sur des rochers, sur la route de Cosseïr, qui donnent la durée expresse du règne des rois de la dynastie persane.
J’omets une foule d’autres résultats curieux ; je devrais passer tout mon temps à écrire, s’il fallait détailler toutes mes observations nouvelles.
J’écris ce que je puis dans les moments où les ruines égyptiennes me permettent de respirer au milieu de tous ces travaux et de ces jouissances réellement trop vives si elles devaient se renouveler souvent ailleurs comme à Thèbes.
Ma santé est excellente ; le climat me convient, et je me porte bien mieux qu’à Paris. Les gens du pays nous accablent de politesses : j’ai dans ce moment-ci dans ma petite chambre : 1° un aga turc, commandant en chef de Kourna, dans le palais de Mandoueï ; 2° le Cheik-el-Bélad de Médinet-Habou, donnant ses ordres au Rhamesséium et au palais de Rhamsès-Meïainoun ; enfin un cheik de Karnac, devant lequel tout se prosterne dans les colonnades du vieux palais des rois d’Égypte. Je leur fais porter de temps en temps des pipes et du café, et mon drogman est chargé de les amuser pendant que j’écris ; je n’ai que la peine de répondre, par intervalles réglés, Thaïbin (Cela va bien), à la question Ente-Thaïeb (Cela va-t-il bien) ? que m’adressent régulièrement toutes les dix minutes ces braves gens que j’invite à dîner à tour de rôle. On nous comble de présents ; nous avons un troupeau de moutons et une cinquantaine de poules qui, dans ce moment-ci, paissent et fouillent autour du portique du palais de Kourna. Nous donnons en retour de la poudre et autres bagatelles. Je voudrais que le docteur Pariset vînt me joindre ; nous pourrions causer Europe, dont je n’ai aucune nouvelle, pas même d’Alexandrie. J’écrirai de Syène, avant de franchir la première cataracte, si cependant j’ai une occasion pour faire descendre mes lettres. J’envoie celle-ci à Osiouth, où j’ai établi un agent copte pour notre correspondance.
J’ai recueilli à Béni-Hassan beaucoup de fossiles pour M. de Férussac ; j’en ai trouvé aussi de très-beaux à Thèbes. J’espère aussi que notre vénérable ami M. Dacier trouvera quelque distraction à ses souffrances dans le peu que j’ai pu dire des magnificences de cette Thèbes qui excitait tant son enthousiasme à cause de l’honneur qui en revient à l’esprit humain ; je lui en dirai encore davantage. Il ne manque à mes satisfactions que celle de recevoir des lettres de France…. Adieu.

 

Laisser un commentaire