Le portail de l'egyptologie

Lettre de M. Champollion de Thèbes à Philae

<p style= »text-align: justify; »>Le 31 juillet 1828, Jean-François CHAMPOLLION, le père de l’égyptologie française, part pour une expédition scientifique en Egypte, afin d’appliquer aux monuments la méthode de déchiffrement des hiéroglyphes, trente ans après la campagne d’Egypte où NAPOLÉON avait emmené avec lui de nombreux savants. CHAMPOLLION y restera jusqu’en décembre 1829, où il rentrera en France pour se faire soigner de la tuberculose attrapée durant son voyage.

Les lettres reproduites sur Egyptologue.fr, initialement publiée dans la revue Le Globe, ont été publié par son oncle en 1833, puis par son fils en 1867, sous le titre de « Lettres écrites d’Egypte et de Nubie en 1828 et 1829 ». Elles appartiennent aujourd’hui au domaine public.

______________________________________________

 

Lettres écrites d’Egypte et de Nubie en 1828 et 1829

Lettre huitième

 L’ILE DE PHILAE – HERMONTIS – ESNE – ELETHYA – EDFOU – SILSILIS – OMBOS – SYENE – L’ILE ELEPHANTINE.

 

De l’île de Philae, le 8 décembre 1828.
Nous voici, depuis le 5 au soir, dans l’île sainte d’Osiris, à la frontière extrême de l’Égypte et au milieu des noirs Éthiopiens, comme eût dit un brave Romain de la garnison de Syène, faisant une partie de chasse aux environs des cataractes.
Je quittai Thèbes le 26 novembre, et c’est de ce monde enchanté que ma dernière lettre est datée ; il a fallu m’abstenir de donner des détails sur cette vieille capitale des Pharaons : comment parler en quelques lignes de telles choses, et quand on n’a fait que les entrevoir ! C’est après mon retour sur ce sol classique, après l’avoir étudié pas à pas, que je pourrai écrire avec connaissance de cause, avec des idées arrêtées et des résultats bien mûris. Thèbes n’est encore pour moi, qui l’ai courue quatre ou cinq jours entiers, qu’un amas de colonnades, d’obélisques et de colosses ; il faut examiner un à un les membres épars du monstre pour en donner une idée très-précise. Patience donc, jusqu’à l’époque où je planterai mes tentes dans les péristyles du palais des Rhamsès.
Le 26 au soir, nous abordâmes à Hermonthis, et nous courûmes le 27 au matin vers le temple, qui piquait d’autant plus ma curiosité que je n’avais aucune notion bien précise sur l’époque de sa construction : personne n’avait encore dessiné une seule de ses légendes royales ; j’y passai la journée entière, et le résultat de cet examen prolongé fut de m’assurer, par les inscriptions et les sculptures, que ce temple a été construit sous le règne de la dernière Cléopâtre, fille de Ptolémée Aulétès, et en commémoraison de sa grossesse et de son heureuse délivrance d’un gros garçon, Ptolémée Césarion, le fruit de sa bénévolence envers Jules César, à ce que dit l’histoire.
La cella du temple est en effet divisée en deux parties : une grande pièce (la principale), et une toute petite, tenant lieu ou la place du sanctuaire ; on n’entre dans celle-ci que par une petite porte ; vers l’angle de droite, toute la paroi du mur de fond de cette pièce (laquelle est appelée le lieu de l’accouchement dans les inscriptions hiéroglyphiques) est occupée par un bas-relief représentant la déesse Ritho, femme du dieu Mandou, accouchant du dieu Harphré. La gisante est soutenue et servie par diverses déesses du premier ordre : l’accoucheuse divine tire l’enfant du sein de la mère ; la nourrice divine tend les mains pour le recevoir, assistée d’une berceuse. Le père de tous les dieux, Ammon (Ammon-Ra), assiste au travail, accompagné de la déesse Soven, l’Ilithya, la Lucine égyptienne, protectrice des accouchements. Enfin, la reine Cléopâtre est censée assister à ces couches divines, dont les siennes ne seront ou plutôt n’ont été qu’une imitation. L’autre paroi de la chambre de l’accouchée représente l’allaitement et l’éducation du jeune dieu nouveau-né ; et sur les parois latérales sont figurées les douze heures du jour et les douze heures de la nuit, sous la forme de femmes ayant un disque étoilé sur la tête. Ainsi, le tableau astronomique du plafond, dessiné par la Commission d’Égypte, pourrait bien n’être que le thème natal d’Harphré, ou mieux encore celui de Césarion, nouvel Harphré. Il ne s’agirait donc plus, dans ce zodiaque, ni de solstice d’été, ni de l’époque de la fondation du temple d’Hermonthis.
En sortant de la petite chambre pour entrer dans la grande, on voit un grand bas-relief sculpté sur la paroi à gauche de cette principale pièce ; il représente la déesse Ritho, relevant de couches, soutenue encore par la Lucine égyptienne Soven, et présentée à l’assemblée des dieux ; le père divin, Ammon-Ra, lui donne affectueusement la main comme pour la féliciter de son heureuse délivrance, et les autres dieux partagent la joie de leur chef.
Le reste de cette salle est décoré de tableaux, dans lesquels le jeune Harphré est successivement présenté à Ammon, à Mandou son père, aux dieux Phré, Phtha, Sev (Saturne), etc., qui l’accueillent en lui remettant leurs insignes caractéristiques, comme se démettant, en faveur de l’enfant, de tout leur pouvoir et de leurs attributions particulières, et Ptolémée Césarion, à face enfantine, assiste à toutes ces présentations de son image, le dieu Harphré dont il est le représentant sur la terre. Tout cela est de la flatterie sacerdotale, mais tout à fait dans le génie de l’ancienne Égypte, qui assimilait ses rois à ses dieux. Du reste, toutes les dédicaces et inscriptions intérieures et extérieures du temple d’Hermonthis sont faites au nom de ce Ptolémée Césarion et de sa mère Cléopâtre. Il n’y a donc point de doute sur le motif de sa construction. Les colonnes de l’espèce de pronaos qui le précède n’ont point toutes été sculptées ; le travail est demeuré imparfait, et cela tient peut-être au motif même de la dédicace du temple : Auguste et ses successeurs, qui ont terminé tant de temples commencés par les Lagides, ne pouvaient être très-empressés d’achever celui-ci, monument de la naissance du fils même de Jules César, roi enfant dont ils ne respectèrent guère les droits. Du reste, un cachef a trouvé fort commode de s’y faire une maison, une basse-cour et un pigeonnier, en masquant et coupant le temple de misérables murs de limon blanchis à la chaux.
Le 28 au soir, nous étions à Esné, avec le projet de ne pas nous y arrêter. Je fis donc faire voile un peu plus au sud, et débarquai sur la rive orientale pour aller voir le temple de Contra-Lato. J’y arrivai trop tard, on l’avait démoli depuis une douzaine de jours, pour renforcer le quai d’Esné, que le Nil menace et finira par emporter.
De retour au maasch, je le trouvai plein d’eau : heureusement qu’il avait abordé sur un point peu profond, et que, touchant bientôt, il n’avait pu être entièrement coulé à fond.
Il fallut le vider, et retourner à Esné le soir même, pour le radouber et faire boucher la voie d’eau. Toutefois nos provisions furent mouillées, nous avons perdu notre sel, notre riz, notre farine de maïs. Tout cela n’est rien auprès du danger qui nous eût menacés si cette voie d’eau se fût ouverte pendant la navigation dans le grand chenal : nous eussions coulé irrémissiblement. Que le grand Ammon soit donc loué ! Pendant que nous séchions notre désastre dans la matinée du 29, j’allai visiter le grand temple d’Esné, qui, grâce à sa nouvelle destination de magasin de coton, échappera quelque temps encore à la destruction. J’y ai vu, comme je m’y attendais, une assez belle architecture, mais des sculptures détestables. La portion la plus ancienne est le fond du pronaos, c’est-à-dire la porte et le fond de la cella, contre laquelle le portique a été appliqué : cette partie est de Ptolémée Épiphane. La corniche de la façade du pronaos porte les légendes impériales de Claude ; les corniches des bases latérales, les légendes de Titus, et, dans l’intérieur du pronaos, parois et colonnes sont couvertes des légendes de Domitien, Trajan, Antonin surtout, et enfin de Septime Sévère, que je trouve ici pour la première fois. Le temple est dédié à Chnouphis, et j’apprends, par l’inscription hiéroglyphique de l’une des colonnes du pronaos, que si le sanctuaire du temple existe il doit remonter à l’époque de Thouthmosis III (Moeris). Mais tout ce qui est visible à Esné est des temps modernes ; c’est un des monuments les plus récemment achetés.
Le 29 au soir, nous étions à Eléthya (El-Kab) ; je parcourus l’enceinte et les ruines, la lanterne à la main ; mais je ne trouvai plus rien : les restes des deux temples avaient disparu ; on les a aussi démolis il y a peu de temps pour réparer le quai d’Esné ou quelque autre construction récente.
Avais-je tort de me presser de venir en Égypte ?
Je visitai le grand temple d’Edfou (Apollonopolis Magna), dans l’après-midi du 30. Celui-ci est intact ; mais la sculpture en est très-mauvaise : ce qu’il y a de mieux et de plus ancien date de Ptolémée Épiphane ; viennent ensuite Philométor et Évergète II ; enfin, Soter II et son frère Alexandre : ces deux derniers y ont prodigieusement travaillé ; j’y ai retrouvé la Bérénice, femme de Ptolémée Alexandre, que je connaissais déjà par un contrat démotique. Le temple est dédié à Aroëris (l’Apollon grec). Je l’étudierai en détail, comme tous les autres, en redescendant de la Nubie.
Les carrières de Silsilis (Djébel-Selséléh) m’ont vivement intéressé ; nous y abordâmes le 1er décembre à une heure : là, mes yeux, fatigués de tant de sculptures du temps des Ptolémées et des Romains, ont revu avec délices des bas-reliefs pharaoniques. Ces carrières sont très-riches en inscriptions de la XVIIIe dynastie. Il y existe de petites chapelles creusées dans le roc par Aménophis-Memnon, Horus, Rhamsès le Grand, Rhamsès son fils, Rhamsès-Meïamoun, Mandoueï. Elles ont de belles inscriptions hiératiques ; j’étudierai tout cela à mon retour, et me promets des résultats fort intéressants dans cette localité.
Le soir même du 1er décembre, nous arrivâmes à Ombos ; je courus au grand temple le 2 au matin ; la partie la plus ancienne est de Ptolémée Épiphane, et le reste, de Philométor et d’Évergète II. Un fait curieux, c’est le surnom de Triphoene donné constamment à Cléopâtre, femme de Philométor, soit dans la grande dédicace hiéroglyphique sculptée sur la frise antérieure du pronaos, soit dans les bas-reliefs de l’intérieur ; c’est à vous autres Grecs d’Égypte d’expliquer cette singularité : j’avais déjà trouvé ce surnom dans un de nos contrats démotiques du Louvre.
Le temple d’Ombos est dédié à deux divinités : la partie droite et la plus noble, au vieux Sévek à tête de crocodile (le Saturne égyptien et la forme la plus terrible d’Ammon), à Athyr et au jeune dieu Khons. La partie gauche du temple est consacrée à une seconde Triade d’un ordre moins élevé, savoir : à Aroëris (l’Aroëris-Apollon), à la déesse Tsonénofré et à leur fils Pnevtho. Dans le mur d’enceinte générale des temples d’Ombos, j’ai trouvé une porte engagée, d’un excellent travail et du temps de Moeris : c’est le reste des édifices primitifs d’Ombos.
Ce n’est que le 4 décembre au matin que le vent voulut bien nous permettre d’arriver à Syène (Assouan), dernière ville de l’Égypte au sud. J’eus encore là de cuisants regrets à éprouver : les deux temples de l’île d’Éléphantine, que j’allai visiter aussitôt que l’ardeur du soleil fut amortie, ont aussi été démolis : il n’en reste que la place. Il a fallu me contenter d’une porte ruinée, en granit, dédiée au nom d’Alexandre (le fils du conquérant), au dieu d’Éléphantine Chnouphis, et d’une douzaine de proscynemata (actes d’adoration) hiéroglyphiques gravés sur une vieille muraille ; enfin, de quelques débris pharaoniques épars et employés comme matériaux dans des constructions du temps des Romains. J’avais reconnu le matin ce qui reste du temple de Syène : c’est ce que j’ai vu de plus misérable en sculpture ; mais j’y ai trouvé, pour la première fois, la légende impériale de Nerva, qui n’existe point ailleurs, à ma connaissance. Ce petit temple était dédié aux dieux du pays et de la cataracte, Chnouphis, Saté (Junon) et Anoukis (Vesta).
A Syène, nous avons évacué nos maasch, et fait transporter tout notre bagage dans l’île de Philae, à dos de chameau.
Pour moi, le 5 au soir, j’enfourchai un âne, et, soutenu par un hercule arabe, car j’avais une douleur de rhumatisme au pied gauche, je me suis rendu à Philae en traversant toutes les carrières de granit rose, hérissées d’inscriptions hiéroglyphiques des anciens Pharaons. Incapable de marcher, et après avoir traversé le Nil en barque pour aborder dans l’île sainte, quatre hommes, soutenus par six autres, car la pente est presque à pic, me prirent sur leurs épaules et me hissèrent jusqu’auprès du petit temple à jour, où l’on m’avait préparé une chambre dans de vieilles constructions romaines, assez semblable à une prison, mais fort saine et à couvert des mauvais vents. Le 6 au matin, soutenu par mes domestiques, Mohammed le Barabra et Soliman l’Arabe, j’allai visiter péniblement le grand temple ; au retour, je me couchai et je ne me suis pas encore relevé, vu que ma goutte de Paris a jugé à propos de se porter à la première cataracte et de me traquer au passage ; elle est fort benoîte du reste, et j’en serai quitte demain ou après. En attendant, on prépare nos barques pour le voyage de Nubie : c’est du nouveau à voir. J’écrirai de ce pays, si j’ai une occasion avant mon retour en Égypte ; tout va très-bien du reste.
C’est ici, à Philae, que j’ai enfin reçu des lettres d’Europe, à la date des 15 et 25 août et 3 septembre derniers, voilà tout ; enfin, c’est quelque chose, et il faut bien s’en contenter… Adieu.

Laisser un commentaire