Le portail de l'egyptologie

Lettres de M. Champollion en Nubie

<p style= »text-align: justify; »>Le 31 juillet 1828, Jean-François CHAMPOLLION, le père de l’égyptologie française, part pour une expédition scientifique en Egypte, afin d’appliquer aux monuments la méthode de déchiffrement des hiéroglyphes, trente ans après la campagne d’Egypte où NAPOLÉON avait emmené avec lui de nombreux savants. CHAMPOLLION y restera jusqu’en décembre 1829, où il rentrera en France pour se faire soigner de la tuberculose attrapée durant son voyage.

Les lettres reproduites sur Egyptologue.fr, initialement publiée dans la revue Le Globe, ont été publié par son oncle en 1833, puis par son fils en 1867, sous le titre de « Lettres écrites d’Egypte et de Nubie en 1828 et 1829 ». Elles appartiennent aujourd’hui au domaine public.

______________________________________________

 

Lettres écrites d’Egypte et de Nubie en 1828 et 1829

 

Lettre neuvième

 

 OUADFI-ESSABOUA – IBSAMBUL – GHEBEL-ADDEH – OUADI-HALFA.

Ouadi-Halfa, deuxième cataracte, 1er janvier 1829.
Me voici arrivé fort heureusement au terme extrême de mon voyage : j’ai devant moi la deuxième cataracte, barrière de granit que le Nil a su vaincre, mais que je ne dépasserai pas. Au delà existent bien des monuments, mais de peu d’importance ; il faudrait d’ailleurs renoncer à nos barques, se jucher sur des chameaux difficiles à trouver, courir des déserts et risquer de mourir de faim ; car vingt-quatre bouches veulent au moins manger comme dix, et les vivres sont déjà fort rares ici : c’est notre biscuit de Syène qui nous a sauvés. Je dois donc arrêter ma course en ligne droite, et virer de bord, pour commencer sérieusement l’exploration de la Nubie et de l’Égypte, dont j’ai une idée générale acquise en montant : mon travail commence réellement aujourd’hui, quoique j’aie déjà en portefeuille plus de six cents dessins ; mais il reste tant à faire que j’en suis presque effrayé ; toutefois, je présume m’en tirer à mon honneur avec huit mois d’efforts ; j’exploiterai [mention manuscrite : mot barré et remplacé par : explorerai] la Nubie pendant le mois de janvier, et à la mi-février je m’établirai à Thèbes, jusqu’au milieu d’août que je redescendrai rapidement le Nil en ne m’arrêtant qu’à Dendérah et à Abydos. Le reste est déjà en portefeuille. Nous reverrons ensuite le Kaire et Alexandrie.
Ma dernière lettre était de Philae. Je ne pouvais être longtemps malade dans l’île d’Isis et d’Osiris : la goutte me quitta en peu de jours, et je pus commencer l’exploitation [mention manuscrite : mot barré et remplacé par : exploration] des monuments. Tout y est moderne, c’est-à-dire de l’époque grecque ou romaine, à l’exception d’un petit temple d’Hathôr et d’un propylon engagé dans le premier pylône du temple d’Isis, lesquels ont été construits et dédiés par le pauvre Nectanèbe Ier ; c’est aussi ce qu’il y a de mieux.
La sculpture du grand temple, commencée par Philadelphe, continuée sous Évergète Ier et Épiphane, terminée par Évergète II et Philométor, est digne en tout de cette époque de décadence ; les portions d’édifices construits et décorés sous les Romains sont pires, et quand j’ai quitté cette île, j’étais bien las de cette sculpture barbare. Je m’y arrêterai cependant encore quelques jours en repassant, pour compléter la partie mythologique, et je me dédommagerai en courant les rochers de la première cataracte, couverts d’inscriptions du temps des Pharaons.
Nous avions quitté notre maasch et notre dahabié à Assouan (Syène), ces deux barques étant trop grandes pour passer la cataracte : c’est le 16 décembre que notre nouvelle escadre d’en deçà la cataracte se trouva prête à nous recevoir. Elle se compose d’une petite dahabié (vaisseau amiral), portant pavillon français sur pavillon toscan, de deux barques à pavillon français, deux barques à pavillon toscan, la barque de la cuisine et des provisions, à pavillon bleu, et d’une barque portant la force armée, c’est-à-dire les deux chaouchs (gardes du corps du pacha) avec leurs cannes à pomme d’argent, qui nous accompagnent et font les fonctions du pouvoir exécutif. J’oubliais de dire que l’amiral est armé d’une pièce de canon de trois, que notre nouvel ami Ibrahim, mamour d’Esné, nous a prêtée à son passage à Philae : aussi avons-nous fait une belle décharge en arrivant à la deuxième cataracte, but de notre pèlerinage.
On mit à la voile de Philae, pour commencer notre voyage de Nubie, avec un assez bon vent ; nous passâmes devant Déboud sans nous arrêter, voulant arriver le plus tôt possible jusqu’au point extrême de notre course.
Ce petit temple et les trois propylons sont, au reste, de l’époque moderne. Le 17, à quatre heures du soir, nous étions en face des petits monuments de Qartas, où je ne trouvai rien à glaner. Le 18, on dépassa Taffah et Kalabsché, sans aborder. Nous passâmes ensuite sous le tropique, et c’est de ce moment, qu’entrés dans la zone torride, nous grelottâmes tous de froid et fûmes obligés dès lors de nous charger de burnous et de manteaux. Le soir, nous couchâmes au delà de Dandour, en saluant seulement son temple de la main. On en fit autant, le lendemain 19, aux monuments de Ghirché, qui sont du bon temps, ainsi qu’au grand temple de Dakkèh, de l’époque des Lagides. Nous débarquâmes le soir à Méharraka, temple égyptien des bas temps, changé jadis en église copte. Le 20, je restai une heure à Ouadi-Esséboua ou la Vallée des Lions, ainsi nommée des sphinx qui ornent le dromos d’un monument bâti sous le règne de Sésostris, mais véritable édifice de province, construit en pierres liées avec du mortier. J’ai pris un morceau de ce mortier, ainsi que de celui des pyramides, etc., etc., pour notre ami Vicat ; c’est une collection que je pense devoir lui faire plaisir. Nous perdîmes le 21 et le 22 à tourner, malgré vents et calme, le grand coude d’Amada, dont je dois étudier le temple, important par son antiquité, au retour de la deuxième cataracte. Nous le dépassâmes enfin le 23, et arrivâmes à Derr ou Derri de très-bonne heure. Là je trouvai, pour consolation, un joli temple creusé dans le roc, conservant encore quelques bas-reliefs des conquêtes de Rhamsès le Grand, et j’y recueillis les noms et les titres de sept fils et de huit filles de ce Pharaon.
Le cachef de Derr, auquel on fit une visite, nous dit tout franchement que, n’ayant pas de quoi nous donner à souper, il viendrait souper avec nous ; ce qui fut fait : cela vous donnera une idée de la splendeur et des ressources de la capitale de Nubie.
Nous comptions y faire du pain ; cela fut impossible, il n’y avait ni four ni boulanger. Le 24, au lever du soleil, nous quittâmes Derri, passâmes sous le fort ruiné d‘Ibrim et allâmes coucher sur la rive orientale, à Ghébel-Mesmès, pays charmant et bien cultivé. Nous cheminâmes le 25, tantôt avec le vent, tantôt avec la corde, et il fallut nous consoler de ne pas arriver ce jour-là à Ibsamboul ; de beaux crocodiles prenaient leurs ébats sur un îlot de sable près du lieu où nous couchâmes.
Enfin, le 26, à neuf heures du matin, je débarquai à Ibsamboul, où nous avons séjourné aussi le 27. Là, je pouvais jouir des plus beaux monuments de la Nubie, mais non sans quelque difficulté. Il y a deux temples entièrement creusés dans le roc, et couverts de sculptures. La plus petite de ces excavations est un temple d’Hathôr, dédié par la reine Nofré-Ari, femme de Rhamsès le Grand, décoré extérieurement d’une façade contre laquelle s’élèvent six colosses de trente-cinq pieds chacun environ, taillés aussi dans le roc, représentant le Pharaon et sa femme, ayant à leurs pieds, l’un ses fils, et l’autre ses filles, avec leurs noms et titres. Ces colosses sont d’une excellente sculpture ; leur stature est svelte et leur galbe très-élégant ; j’en aurai des dessins très-fidèles. Ce temple est couvert de beaux reliefs, et j’en ai fait dessiner les plus intéressants.
Le grand temple d’Ibsamboul vaut à lui seul le voyage de Nubie : c’est une merveille qui serait une fort belle chose, même à Thèbes. Le travail que cette excavation a coûté effraye l’imagination. La façade est décorée de quatre colosses assis, n’ayant pas moins de soixante-un pieds de hauteur : tous quatre, d’un superbe travail, représentent Rhamsès le Grand ; leurs faces sont portraits, et ressemblent parfaitement aux figures de ce roi qui sont à Memphis, à Thèbes et partout ailleurs.
C’est un ouvrage digne de toute admiration. Telle est l’entrée ; l’intérieur en est tout à fait digne ; mais c’est une rude épreuve que de le visiter. A notre arrivée, les sables, et les Nubiens qui ont soin de les pousser, avaient fermé l’entrée. Nous la fîmes déblayer ; nous assurâmes le mieux que nous le pûmes le petit passage qu’on avait pratiqué, et nous prîmes toutes les précautions possibles contre la coulée de ce sable infernal qui, en Égypte comme en Nubie, menace de tout engloutir. Je me déshabillai presque complètement, ne gardant que ma chemise arabe et un caleçon de toile, et me présentai à plat-ventre à la petite ouverture d’une porte qui, déblayée, aurait au moins 25 pieds de hauteur. Je crus me présenter à la bouche d’un four, et, me glissant entièrement dans le temple, je me trouvai dans une atmosphère chauffée à cinquante et un degrés : nous parcourûmes cette étonnante excavation, Rosellini, Ricci, moi et un de nos Arabes, tenant chacun une bougie à la main. La première salle est soutenue par huit piliers contre lesquels sont adossés autant de colosses de trente pieds chacun, représentant encore Rhamsès le Grand : sur les parois de cette vaste salle règne une file de grands bas-reliefs historiques, relatifs aux conquêtes du Pharaon en Afrique ; un bas-relief surtout, représentant son char de triomphe, accompagné de groupes de prisonniers nubiens, nègres, etc., de grandeur naturelle, offre une composition de toute beauté et du plus grand effet. Les autres salles, et on en compte seize, abondent en beaux bas-reliefs religieux, offrant des particularités fort curieuses. Le tout est terminé par un sanctuaire, au fond duquel sont assises quatre belles statues, bien plus fortes que nature et d’un très-bon travail.
Ce groupe, représentant Ammon-Ra, Phré, Phtha, et Rhamsès le Grand assis au milieu d’eux, mériterait d’être dessiné de nouveau.
Après deux heures et demie d’admiration, et ayant vu tous les bas-reliefs, le besoin de respirer un peu d’air pur se fit sentir, et il fallut regagner l’entrée de la fournaise en prenant des précautions pour en sortir. J’endossai deux gilets de flanelle, un burnous de laine, et mon grand manteau, dont on m’enveloppa aussitôt que je fus revenu à la lumière ; et là, assis auprès d’un des colosses extérieurs dont l’immense mollet arrêtait le souffle du vent du nord, je me reposai une demi-heure pour laisser passer la grande transpiration. Je regagnai ensuite ma barque, où je passai près de deux heures sur mon lit. Cette visite expérimentale m’a prouvé qu’on peut rester deux heures et demie à trois heures dans l’intérieur du temple sans éprouver aucune gêne de respiration, mais seulement de l’affaiblissement dans les jambes et aux articulations ; j’en conclus donc qu’à notre retour nous pourrons dessiner les bas-reliefs historiques, en travaillant par escouades de quatre (pour ne pas dépenser trop d’air), et pendant deux heures le matin et deux heures le soir. Ce sera une rude campagne ; mais le résultat en est si intéressant, les bas-reliefs sont si beaux, que je ferai tout pour les avoir, ainsi que les légendes complètes. Je compare la chaleur d’Ibsamboul à celle d’un bain turc, et cette visite peut amplement nous en tenir lieu.
Nous avons quitté Ibsamboul le 28 au matin. Vers midi, je fis arrêter à Ghébel-Addèh, où est un petit temple creusé dans le roc. La plupart de ses bas-reliefs ont été couverts de mortier par des chrétiens qui ont décoré cette nouvelle surface de peintures représentant des saints, et surtout saint Georges à cheval ; mais je parvins à constater, en faisant sauter le mortier, que ce temple avait été dédié à Thoth par le roi Horus, fils d’Aménophis-Memnon, et je réussis à faire exécuter les dessins de trois bas-reliefs fort intéressants pour la mythologie : nous allâmes de là coucher à Faras.
Le 29, un calme presque plat ne nous permit d’avancer que jusqu’au-delà de Serré, et le 30, à midi, nous sommes enfin arrivés à Ouadi-Halfa, à une demi-heure de la seconde cataracte, où sont posées nos colonnes d’Hercule. Vers le coucher du soleil, je fis une promenade à la cataracte.
C’est hier seulement que je me mis sérieusement à l’ouvrage. J’ai trouvé ici, sur la rive occidentale, les débris de trois édifices, mais des arases qui ne conservent que la fin des légendes hiéroglyphiques. Le premier, le plus au nord, était un petit édifice carré, sans sculpture et fort peu important. Le second, au contraire, m’a beaucoup intéressé ; c’était un temple dont les murs ont été construits en grandes briques crues, l’intérieur étant soutenu par des piliers en pierre de grès ou des colonnes de même matière : mais, comme toutes celles des plus anciennes époques, ces colonnes étaient semblables au dorique et taillées à pans très-réguliers et peu marqués. C’est là l’origine incontestable des ordres grecs. Ce premier temple, dédié à Horammon (Ammon générateur), a été élevé sous le roi Aménophis II, fils et successeur de Thouthmosis III (Moeris), ce que j’ai constaté en faisant fouiller par mes marins arabes, avec leurs mains, autour des restes de piliers et de colonnes où j’apercevais quelques traces de légendes hiéroglyphiques. J’ai été assez heureux pour trouver la fin de la dédicace du temple sur les débris des montants de la première porte. J’ai, de plus, découvert et fait désensabler avec les mains une grande stèle, engagée dans une muraille en briques du temple, portant un acte d’adoration et la liste des dons faits au temple par le roi Rhamsès Ier, avec trois lignes ajoutées dans le même but par le Pharaon son successeur.
Enfin, sur les indications du docteur Ricci, nous avons fait fouiller par tous nos équipages, avec pelles et pioches, dans le sanctuaire (ou plutôt à la place qu’il occupait), et nous y avons trouvé une autre grande stèle que je connaissais par les dessins du docteur, et fort importante, puisqu’elle représente le dieu Mandou, une des grandes divinités de la Nubie, conduisant et livrant au roi Osortasen (de la XVIe dynastie) tous les peuples de la Nubie, avec le nom de chacun d’eux inscrit dans une espèce de bouclier attaché à la figure, agenouillée et liée, qui représente chacun de ces peuples, au nombre de cinq. Voici leurs noms, ou plutôt ceux des cantons qu’ils habitaient : 1° Sehamik, 2° Osaou, 3° Schôat, 4° Oscharkin, 5° Kôs ; trois autres noms sont entièrement effacés. Quant à ceux qui restent, je doute qu’on les trouve dans aucun géographe grec ; il faudrait avoir le Strabon de deux mille ans avant Jésus-Christ.
Un second temple, plus grand, mais tout aussi détruit que le précédent, existe un peu plus au sud : il est du règne de Thouthmosis III (Moeris), construit également en briques, avec piliers-colonnes doriques primitifs, à montants et portes en grès ; c’était le grand temple de la ville égyptienne de Béhéni qui exista sur cet emplacement, et qui, d’après l’étendue des débris de poteries répandus sur la plaine aujourd’hui déserte, paraît avoir été assez grande. Ce fut sans doute la place forte des Égyptiens pour contenir les peuples habitant entre la première et la seconde cataracte. Ce grand temple était dédié à Ammon-Ra et à Phré, comme la plupart des grands monuments de la Nubie. Voilà tout ce qui reste à Ouadi-Halfa, et c’est plus que je n’attendais à la première inspection des ruines …
C’est de ce lieu que je vous adresse mes souhaits d’heureuse année … Je vous embrasse tous à cette intention.
………………………………………
A M. DACIER (1).
Ouadi-Halfa, à la seconde cataracte, 1er janvier 1829.
Monsieur,
Quoique séparé de vous par les déserts et par toute l’étendue de la Méditerranée, je sens le besoin de me joindre, au moins par la pensée, et de tout coeur, à ceux qui vous offrent leurs voeux au renouvellement de l’année. Partant du fond de la Nubie, les miens n’en sont ni moins ardents, ni moins sincères ; je vous prie de les agréer comme un témoignage du souvenir reconnaissant que je garderai toujours de vos bontés et de cette affection toute paternelle dont vous voulez bien nous honorer mon frère et moi.
Je suis fier maintenant que, ayant suivi le cours du Nil depuis son embouchure jusqu’à la seconde cataracte, j’ai le droit de vous annoncer qu’il n’y a rien à modifier dans notre Lettre sur l’alphabet des hiéroglyphes ; notre alphabet est bon : il s’applique avec un égal succès, d’abord aux monuments égyptiens du temps des Romains et des Lagides, et ensuite, ce qui devient d’un bien plus grand intérêt, aux inscriptions de tout les temples, palais et tombeaux des époques pharaoniques. Tout légitime donc les encouragements que vous avez bien voulu donner à mes travaux hiéroglyphiques, dans un temps où l’on n’était pas universellement disposé à leur prêter faveur.
Me voici au point extrême de ma navigation vers le midi. La seconde cataracte m’arrête : d’abord par l’impossibilité de la faire franchir par mon escadre composée de sept voiles, et en second lieu, parce que la famine m’attend au delà, et qu’elle terminerait promptement une pointe imprudente tentée sur l’Éthiopie ; ce n’est pas à moi de recommencer Cambyse (2) ; je suis d’ailleurs un peu plus attaché à mes compagnons de voyage qu’il ne l’était probablement aux siens.
Je tourne donc dès aujourd’hui ma proue du côté de l’Égypte pour redescendre le Nil, en étudiant successivement à fond les monuments de ses deux rives ; je prendrai tous les détails dignes de quelque intérêt, et d’après l’idée générale que je m’en suis formée en montant, la moisson sera des plus riches et des plus abondantes.
Vers le milieu de février je serai à Thèbes, car je dois au moins donner quinze jours au magnifique temple d’Ibsamboul, l’une des merveilles de la Nubie, créée par la puissance colossale de Rhamsès-Sésostris, et un mois me suffira ensuite pour les monuments existants entre la première et la deuxième cataracte. Philae a été à peu près épuisée pendant les dix jours que nous y avons passés en remontant le Nil ; et les temples d’Ombos, d’Edfou et d’Ésné, si vantés au détriment de ceux de Thèbes, m’arrêteront peu de temps, parce que je les ai déjà classés, et que je trouve, sur des monuments plus anciens et d’un meilleur style, les détails mythologiques et religieux que je ne veux puiser qu’à des sources pures. Je me bornerai à recueillir quelques inscriptions historiques, et certains détails de costume qui sentent la décadence et qu’il est utile de conserver.
Mes portefeuilles sont déjà bien riches : je me fais d’avance un plaisir de vous mettre successivement sous les yeux toute la vieille Égypte, religion, histoire, arts et métiers, moeurs et usages ; une grande partie de mes dessins sont coloriés, et je ne crains pas d’assurer qu’ils reproduisent le véritable style des originaux avec une scrupuleuse fidélité. Je serai heureux de ces conquêtes si elles obtiennent votre intérêt et vos suffrages.
Je vous prie, Monsieur, d’agréer la nouvelle assurance de mon très-respectueux attachement.
___
Notes :
(1) : M. Bon-Joseph Dacier est secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. C’est aussi un ami de son frère. C’est à son attention que Champollion  adressera sa communication à l’Acadamie, le 27 août 1821, pour présenter sa thèse sur les hiéroglyphes. Bon-Joseph Dacier était historien, phi lol ogue et helléniste, comme Mme Anne Dacier, qui, deux siècles plus tôt, traduisit l‘Iliade et l’Odyssée en langue vernaculaire.
(2) : Cambyse II était un roi perse qui avait conquis l’Egypte en -525. Il se fait courronné Pharaon de la Haute et de la Basse-Egypte à la place de Psammétique III. Roi cruel comme le furent les rois perses, il envoya une armée pour « convaincre » l’oracle d’Amon à l’oasis de Siwa de sa légitimité (c’est à Siwa qu’Alexandre se fit reconnaître descendant d’Amon deux siècles plus tard). Selon Hérodote (Histoires, 3-26), l’armée de Cambyse disparut sous les sables. En 2009, Angelo et Alfredo Castiglioni, deux archéologues italiens, annoncent avoir retrouvé des ossements et des armes perses près de l’oasis de Siwa

Laisser un commentaire