Le portail de l'egyptologie

Pyramide de Khéphren

Si Didoufrê fit construire sa propre pyramide à Abou Roach, à huit kilomètres au nord de Guizeh, Khéphren, un autre fils de Khéops, fit ériger son ensemble funéraire à côté de celui de son père. Sa pyramide, habituellement nommée « Deuxième Pyramide » , est un peu moins massive que la « Grande Pyramide », mais paraît plus imposante car elle se situe sur un point plus élevé du plateau de Guizeh. Elle est de forme un peu plus aiguë et mesure une quinzaine de mètres de moins sur sa base alors qu’elle s’élève pratiquement à la même hauteur, à quatre mètres près. Sa hauteur actuelle est de 136 mètres et le côté de sa base mesure 210 mètres de côté. En revanche, elle possède encore une partie du parement extérieur qui chapeautait son sommet.

Elle comportait deux descenderies et deux chambres funéraires, comme la pyramide de Khéops, ce qui semblait indiquer que sa conception avait été probablement modifiée en cours de construction. Dans une des chambres, on a retrouvé un sarcophage brisé, mais sans momie. Son temple funéraire était plus compliqué que celui de Khéops. Il se composait de deux parties, un temple de la Vallée et le temple funéraire lui-même. Dans le temple de la Vallée, le défunt était momifié, purifié et préparé pour l’ éternité. Celui de Khéphren, encore bien conservé, était construit en gros blocs de calcaire revêtus de granit rose. Ses deux entrées en chicane sur sa façade orientale donnaient sur une antichambre qui ouvrait sur une salle hypostyle en forme de  »T » renversé dont le sol était constitué de dalles d’albâtre. Elle était soutenue par 16 piliers de granit carrés, dépourvus de touoe décoration, et était ornée de 23 grandes statues, adossées au mur, du pharaon assis. De cet édifice, une rampe d’accès longue de 495 mètres, partait obliquement relier le temple funéraire. Celui-ci se composait, à droite, de 4 chapelles en albâtre, qui auraient abrité les viscères tandis qu’à gauche se trouvaient 2 chapelles pour abriter les deux couronnes

de Haute et Basse-Egypte. Par deux grandes salles à piliers, on gagnait ensuite la cour bordée par une galerie supportée par des piliers massifs ornés de statues. Ensuite venaient les cinq niches à statues traditionnelles et dans le fond, un couloir étroit permettait d’accéder à la stèle de granit qui jouxtait le mur d’enceinte de la pyramide. Il existe un autre temple dans l’enceinte de Khéphren. Parfaitement aligné avec son temple de la Vallée, il s’agit du Sphinx. Il fut élevé au pied d’un éperon calcaire sculpté en forme de gigantesque lion dont le visage a les traits de Khéphren divinisé.

 

sphinx

 

Sa tête est encore coiffée du némès, la coiffure traditionnelle des pharaons, mais l’uroeus qui ornait son front a disparu, le nez et la barbe ont été détruits par les tirs de boulets d’un sultan mamelouk. Il mesure 73 mètres de longueur et 20 mètres de hauteur; sa tête mesure 4,15 mètres de largeur. Plus tard on identifia cette  » idole vivante » au dieu Harmarkis qui réunissait les trois formes du Soleil dans sa course:

 

Khêpri le matin, Rê à midi et Atoum le soir.

 

Entre ses pattes, une stèle, élevée par Thoutmôsis IV commémore une vision révélée par le sphinx lui promettant le trône s’ il le désensablait. Deux siècles plus tard, Ramsès II restaura lui aussi l’immense sculpture. Enfin, il faut signaler encore une petite pyramide satellite construite près de la face sud de la pyramide; on suppose que c’était la pyramide de la reine.

Laisser un commentaire