Le portail de l'egyptologie

Lettre de M. Champollion à Saïs et au Caire

<p style= »text-align: justify; »>Le 31 juillet 1828, Jean-François CHAMPOLLION, le père de l’égyptologie française, part pour une expédition scientifique en Egypte, afin d’appliquer aux monuments la méthode de déchiffrement des hiéroglyphes, trente ans après la campagne d’Egypte où NAPOLÉON avait emmené avec lui de nombreux savants. CHAMPOLLION y restera jusqu’en décembre 1829, où il rentrera en France pour se faire soigner de la tuberculose attrapée durant son voyage.

Les lettres reproduites sur Egyptologue.fr, initialement publiée dans la revue Le Globe, ont été publié par son oncle en 1833, puis par son fils en 1867, sous le titre de « Lettres écrites d’Egypte et de Nubie en 1828 et 1829 ». Elles appartiennent aujourd’hui au domaine public.

______________________________________________

 

Lettres écrites d’Egypte et de Nubie en 1828 et 1829

Lettre troisième

 RUINES DE SAÏS.  — LE KAIRE.

Au Kaire (1), le 27 septembre 1828.

   « C’est le 14 de ce mois, au matin, que j’ai quitté Alexandrie, après avoir arboré le pavillon de France. Nous avons pris le canal nommé Mahmoudiéh, auquel ont travaillé MM. Coste et Masi ; il suit la direction générale de l’ancien canal d’Alexandrie, mais il fait beaucoup moins de détours, et se rend plus directement au Nil, en passant entre le lac Maréotis, à droite, et celui d’Edkou, à gauche. Nous débouchâmes dans le fleuve, le 15 de très-bonne heure, et je conçus dès lors les transports de joie des Arabes d’Occident, lorsque, quittant les sables lybiques d’Alexandrie, ils entrent dans la branche canopique, et sont frappés de la vue des tapis de verdure du Delta, couvert d’arbres de toute espèce, au-dessus desquels s’élèvent les centaines de minarets des nombreux villages qui sont dispersés sur cette terre de prédilection. Ce spectacle est véritablement enchanteur, et la renommée de la fertilité de la campagne d’Égypte n’est point exagérée.
   » Le fleuve est immense, et les rives en sont délicieuses. Nous fîmes une courte halte à Fouah, où nous arrivâmes à midi. A sept heures et demie du soir, nous dépassâmes Désouk ; c’est le lieu où le respectable Salt a expiré il y a quelques mois. Le 16, à six heures du matin, je trouvai, en m’éveillant, le maasch amarré dans le voisinage de Ssa-el-Hagar, où j’avais recommandé d’aborder pour visiter les ruines de Saïs, devant lesquelles je ne pouvais passer sans respect.
» Nos fusils sur l’épaule, nous gagnâmes le village qui est à une demi-heure du fleuve ; nos jeunes artistes chassèrent en chemin, et firent lever deux chacals, qui s’échappèrent à toutes jambes à travers les coups de fusils. Nous nous dirigeâmes sur une grande enceinte que nous apercevions dans la plaine depuis le matin. L’inondation, qui couvrait une partie des terrains, nous força de faire quelques détours, et nous passâmes sur une première nécropole égyptienne, bâtie en briques crues. Sa surface est couverte de débris de poterie, et j’y ramassai quelques fragments de figurines funéraires : la grande enceinte n’était abordable que par une porte forcée tout à fait moderne. Je n’essayerai point de rendre l’impression que j’éprouvai après avoir dépassé cette porte, et en trouvant sous mes yeux des masses énormes de 80 pieds de hauteur, semblables à des rochers déchirés par la foudre ou par des tremblements de terre. Je courus vers le milieu de cette immense circonvallation, et reconnus encore des constructions égyptiennes en briques crues, de 15 pouces de long, 7 de large et 5 d’épaisseur. C’était aussi une nécropole, et cela nous expliqua une chose jusqu’ici assez embarrassante, savoir ce que faisaient de leurs momies les villes situées dans la Basse-Égypte, et loin des montagnes. Cette seconde nécropole de Saïs, dans les débris colossaux de laquelle on reconnaît encore plusieurs étages de petites chambres funéraires (et il devait y en avoir un nombre infini), n’a pas moins de 1400 pieds de longueur, et près de 500 de large. Sur les parois de quelques-unes des chambres, on trouve encore un grand vase de terre cuite, qui servait à renfermer les intestins des morts, et faisait l’office des vases dits canopes. Nous avons reconnu du bitume au fond de l’un d’entre eux. A droite et à gauche de cette nécropole existent deux monticules, sur l’un desquels nous avons trouvé des débris de granit rose, de granit gris, de beau grès rouge et de marbre blanc, dit de Thèbes. Cette dernière particularité intéressera particulièrement notre ami Dubois, qui a tant travaillé sur les matières employées dans les monuments de l’antiquité ; des légendes de Pharaons sont sculptées sur ce marbre blanc, et j’en ai recueilli de beaux échantillons.
   » Les dimensions de la grande enceinte qui renfermait ces édifices sont vraiment étonnantes. Le parallélogramme, dont les petits côtés n’ont pas moins de 1440 pieds, et les grands 2160, a ainsi plus de 7000 pieds de tour. La hauteur de cette muraille peut être estimée à 80 pieds, et son épaisseur mesurée est de 54 pieds : on pourrait donc y compter les grandes briques par millions.
   » Cette circonvallation de géant me paraît avoir renfermé les principaux édifices sacrés de Saïs. Tous ceux dont il reste des débris étaient des nécropoles ; et, d’après les indications fournies par Hérodote, l’enceinte que j’ai visitée renfermerait les tombeaux d’Apriès et des rois Saïtes ses ancêtres. De l’autre côté de ceux-ci serait le monument funéraire de l’usurpateur Amasis. La partie de l’enceinte, vers le Nil, a pu aisément contenir le grand temple de Néith, la grande déesse de Saïs ; et nous avons donné la chasse à coups de fusil à des chouettes, oiseau sacré de Minerve ou Néith, que les médailles de Saïs et celles d’Athènes sa fille portent pour armes parlantes. A quelques centaines de toises de l’angle voisin de la fausse porte, existent des collines qui couvrent une troisième nécropole. Elle était celle des gens de qualité : on y a déjà fouillé, et j’y ai vu un énorme sarcophage en basalte vert, celui d’un gardien des temples sous Psammétichus IIe. M. Rosetti, son possesseur, m’avait permis de l’emporter ; mais la dépense serait trop considérable, et le monument n’est pas assez important pour la risquer. A mon retour en Basse-Égypte, je ferai faire des fouilles sur ce point-là et sur quelques autres, si l’état des fonds me le permet.
   » Cette dernière remarque est importante ; avec peu de fonds on peut faire beaucoup, et je serais affligé de quitter ce pays sans avoir pu assurer, à peu de frais, l’acquisition de monuments de choix, les plus propres à enrichir nos collections royales et à éclairer les travaux historiques de nos savants. J’ai l’espoir qu’on voudra bien m’aider pour l’accomplissement de ces vues d’une utilité incontestable.
   » Cette première visite à Saïs ne sera pas la dernière ; je quittai ce lieu, à six heures du soir. Le lendemain, 17 septembre, nous passâmes devant Schabour. Le 18, à neuf heures du matin, nous fîmes halte à Nader, où des Almèh nous donnèrent un concert vocal et instrumental, suivi des gambades et des chants grotesques habituels aux baladins. A midi et demi, nous étions devant Tharranéh, où je vis des monticules de natron, transportés des lacs qui le produisent. Le soir, nous dépassâmes Mit-Salaméh, triste village assis dans le désert libyque ; et, faute de vent, nous passâmes une partie de la nuit sur la rive verdoyante du Delta, près du village d’Aschmoun. Le 19 au matin, nous vîmes enfin les Pyramides, dont on pouvait déjà apprécier les masses, quoique nous fussions à huit lieues de distance. A une heure trois quarts, nous arrivâmes au sommet du Delta (Bathn-el-Bakarah, le Ventre-de-la-Vache), à l’endroit même où le fleuve se partage en deux branches, celle de Rosette et celle de Damiette. La vue est magnifique, et la largeur du Nil étonnante. A l’occident, les Pyramides s’élèvent au milieu des palmiers ; une multitude de barques et de bâtiments se croisent dans tous les sens ; à l’orient, le village très-pittoresque de Schoraféh ; dans la direction d’Héliopolis : le fond du tableau est occupé par le mont Mokattam, que couronne la citadelle du Kaire, et dont la base est cachée par la forêt de minarets de cette grande capitale.
A trois heures, nous vîmes le Kaire plus distinctement : c’est là que les matelots vinrent nous demander le bakchichs de bonne arrivée. L’orateur était accompagné de deux camarades habillés d’une façon très-bizarre : des bonnets en pain de sucre, bariolés de couleurs tranchantes ; des barbes et d’énormes moustaches d’étoupe blanche ; des langes étroits, serrant et dessinant toutes les parties de leur corps ; et chacun d’eux s’était ajusté d’énormes accessoires en linge blanc fortement tordu.
   » Ce costume, ces insignes et leurs postures grotesques, figuraient au mieux les vieux faunes peints sur les vases grecs d’ancien style. Quelques minutes après, notre maasch donna sur un banc de sable, et fut arrêté tout court ; nos matelots se jetèrent au Nil pour le dégager, en se servant du nom d’Allah, et bien plus efficacement de leurs larges et robustes épaules ; la plupart de ces mariniers sont des Hercules admirablement taillés, d’une force étonnante, et ressemblant, quand ils sortent du fleuve, à des statues de bronze nouvellement coulées. Ce travail d’une demi-heure suffit pour dégager le bâtiment. Nous passâmes devant Embabéh, et après avoir salué le champ de bataille des Pyramides, nous abordâmes au port de Boulaq, à cinq heures précises. La journée du 20 se passa en préparatifs de départ pour le Kaire, et plusieurs convois d’ânes et de chameaux transportèrent en ville nos lits, malles et effets, pour meubler la maison que j’avais fait louer d’avance. A 5 heures du soir, suivi de ma caravane, et enfourchant nos ânes, bien plus beaux que ceux d’Alexandrie, je partis pour le Kaire. Le janissaire (2) du consulat ouvrait la marche, le drogman (3) était avec moi, et toute la jeunesse paradait à ma suite : je m’aperçus que cela ne déplaisait nullement aux Arabes, qui criaient : Fransaouï (Français) avec une certaine satisfaction.
» Nous arrivions au Kaire au bon moment ; ce jour-là et le lendemain étaient ceux de la fête que les musulmans célébraient pour la naissance du Prophète. La grande et importante place d‘Ezbékiéh, dont l’inondation occupe le milieu, était couverte de monde entourant les baladins, les danseuses, les chanteuses, et de très-belles tentes sous lesquelles on pratiquait des actes de dévotion. Ici, des musulmans assis lisaient en cadence des chapitres du Coran ; là, trois cents dévots, rangés en lignes parallèles, assis, mouvant incessamment le haut de leur corps en avant et en arrière comme des poupées à charnière, chantaient en choeur, Là Ilâh ill Allâh (Il n’y a point d’autre dieu que Dieu) ; plus loin, cinq cents énergumènes, debout, rangés circulairement et se sentant les coudes, sautaient en cadence, et poussaient, du fond de leur poitrine épuisée, le nom d’Allah, mille fois répété, mais d’un ton si sourd, si caverneux, que je n’ai entendu de ma vie un choeur plus infernal ; cet effroyable bourdonnement semblait sortir des profondeurs du Tartare. A côté de ces religieuses démonstrations, circulaient les musiciens et les filles de joie ; des jeux de bague, des escarpolettes de tout genre étaient en pleine activité : ce mélange de jeux profanes et de pratiques religieuses, joint à l’étrangeté des figures et à l’extrême variété des costumes, formait un spectacle infiniment curieux, et que je n’oublierai jamais. En quittant la place, nous traversâmes une partie de la ville pour gagner notre logement.
   » On a dit beaucoup de mal du Kaire : pour moi, je m’y trouve fort bien ; et ces rues de 8 à 10 pieds de largeur, si décriées, me paraissent parfaitement bien calculées pour éviter la trop grande chaleur. Sans être pavées, elles sont d’une propreté fort remarquable. Le Kaire est une ville tout à fait monumentale ; la plus grande partie des maisons est en pierre, et à chaque instant on y remarque des portes sculptées dans le goût arabe ; une multitude de mosquées, plus élégantes les unes que les autres, couvertes d’arabesques du meilleur goût, et ornées de minarets admirables de richesse et de grâce, donnent à cette capitale un aspect imposant et très-varié. Je l’ai parcourue dans tous les sens, et je découvre chaque jour de nouveaux édifices que je n’avais pas encore soupçonnés. Grâces à la dynastie des Thouloumides, aux califes Fathimites, aux sultans Ayoubites et aux mamelouks Baharites, le Kaire est encore une ville des Mille et une Nuits, quoique la barbarie ait détruit ou laissé détruire en très-grande partie les délicieux produits des arts et de la civilisation arabes. J’ai fait mes premières dévotions dans la mosquée de Thouloum, édifice du IXe siècle, modèle d’élégance et de grandeur, que je ne puis assez admirer, quoique à moitié ruiné. Pendant que j’en considérais la porte, un vieux cheïk me fit proposer d’entrer dans la mosquée : j’acceptai avec empressement, et, franchissant lestement la première porte, on m’arrêta tout court à la seconde : il fallait entrer dans le lieu saint sans chaussure ; j’avais des bottes, mais j’étais sans bas ; la difficulté était pressante. Je quitte mes bottes, j’emprunte un mouchoir à mon janissaire pour envelopper mon pied droit, un autre mouchoir à mon domestique nubien Mohammed, pour mon pied gauche, et me voilà sur le parquet en marbre de l’enceinte sacrée ; c’est sans contredit le plus beau monument arabe qui reste en Égypte. La délicatesse des sculptures est incroyable, et cette suite de portiques en arcades est d’un effet charmant. Je ne parlerai ici ni des autres mosquées, ni des tombeaux des califes et des sultans mamelouks, qui forment autour du Kaire une seconde ville plus magnifique encore que la première ; cela me mènerait trop loin, et c’en est assez de la vieille Égypte, sans m’occuper de la nouvelle.
………………………………………………………………..
Lundi 22 septembre, je montai à la citadelle du Kaire, pour rendre visite à Habid-Effendi, gouverneur, et l’un des hommes les plus estimés par le vice-roi. Il me reçut fort agréablement, causa beaucoup avec moi sur les monuments de la Haute-Égypte, et me donna quelques conseils pour les étudier plus à l’aise. En sortant de chez le gouverneur, je parcourus la citadelle, et je trouvai d’abord des blocs énormes de grès, portant un bas-relief où est figuré le roi Psammétichus II, faisant la dédicace d’un propylon : je l’ai fait copier avec soin. D’autres blocs épars, et qui ont appartenu au même monument de Memphis d’où ces pierres ont été apportées, m’ont offert une particularité fort curieuse. Chacune de ces pierres, parfaitement dressées et taillées, porte une marque constatant sous quel roi le bloc a été tiré de la carrière ; la légende royale, accompagnée d’un titre qui fait connaître la destination du bloc pour Memphis, est gravée dans une aire carrée et creuse. J’ai recueilli sur divers blocs les marques de trois rois : Psammétichus II, Apriès, son fils, et Amasis, successeur de ce dernier : ces trois légendes nous donnent donc la durée de la construction de l’édifice dont ces blocs faisaient partie. Un peu plus loin sont les ruines du palais royal du fameux Salahh-Eddin (le sultan Saladin), le chef de la dynastie des Ayoubites ; un incendie a dévoré les toits, il y a quatre ans, et, depuis quelques mois, on démolit parfois ce qui reste de ce grand et beau monument : j’ai pu reconnaître une salle carrée, la principale du palais. Plus de trente colonnes de granit rosé, portant encore les traces de la dorure épaisse qui couvrait leur fût, sont debout, et leurs énormes chapiteaux de sculpture arabe, imitation grossière de vieux chapiteaux égyptiens, sont entassés sur les décombres. Ces chapiteaux, que les Arabes avaient ajoutés à ces colonnes grecques ou romaines, sont tirés de blocs de granit enlevés aux ruines de Memphis, et la plupart portent encore des traces de sculptures hiéroglyphiques : j’ai même trouvé sur l’un d’entre eux, à la partie qui joignait le fût à la colonne, un bas-relief représentant le roi Nectanèbe, faisant une offrande aux dieux. Dans une de mes courses à la citadelle, où je suis allé plusieurs fois pour faire dessiner les débris égyptiens, j’ai visité le fameux Puits de Joseph, c’est-à-dire le puits que le grand Saladin (Salahh-Eddin-Joussouf) a fait creuser dans la citadelle, non loin de son palais ; c’est un grand ouvrage. J’ai vu aussi la ménagerie du pacha, consistant en un lion, deux tigres et un éléphant ; je suis arrivé trop tard pour voir l’hippopotame vivant : la pauvre bête venait de mourir d’un coup de soleil, pris en faisant sa sieste sans précaution ; mais j’en ai vu la peau empaillée à la turque, et pendue au-dessus de la porte principale de la citadelle. J’ai visité avant-hier Mahammed-Bey, defterdar (trésorier) du pacha. Il m’a fait montrer la maison qu’il construit à Boulaq sur le Nil, et dans les murailles de laquelle il a fait encastrer, comme ornement, d’assez beaux bas-reliefs égyptiens, venant de Sakkara ; c’est un pas fort remarquable, fait par un des ministres du pacha, assez renommé pour son opposition à la réforme.
» J’ai trouvé ici notre agent consulaire, M. Derche, malade, et, parmi les étrangers, lord Prudhoe, M. Burton et le major Félix, Anglais, qui s’occupent beaucoup d’hiéroglyphes, et qui me comblent de bontés. Je n’ai encore fait aucune acquisition ; je présume que notre arrivée a fait hausser le prix des antiquités ; mais cela ne peut durer longtemps. Je pars demain ou après pour Memphis ; je ne reviendrai pas au Kaire cette année ; nous débarquerons près de Mit-Rahinéh (le centre des ruines de la vieille ville), où je m’établirai ; je pousserai de là des reconnaissances sur Sakkarah, Dahschour et toute la plaine de Memphis, jusqu’aux grandes pyramides de Giséh, d’où j’espère dater ma prochaine lettre. Après avoir couru le sol de la seconde capitale égyptienne, je mets le cap sur Thèbes, où je serai vers la fin d’octobre, après m’être arrêté quelques heures à Abydos et à Dendéra.
   » Ma santé est toujours excellente et meilleure qu’en Europe ; il est vrai que je suis un homme tout nouveau : ma tête rasée est couverte d’un énorme turban ; je suis complètement habillé à la turque, une belle moustache couvre ma bouche, et un large cimeterre pend à mon côté ; ce costume est très-chaud, et c’est justement ce qui convient en Égypte ; on y sue à plaisir et l’on s’y porte de même. Les Arabes me prennent partout pour un naturel ; dans peu je pourrai joindre l’illusion de la parole à celle des habits ; je débrouille mon arabe, et à force de jargonner, on ne me prendra plus pour un débutant. J’ai déjà recueilli des coquilles du Nil pour M. de Férussac … J’attends impatiemment des lettres de Paris … Adieu. »
____
Notes :
(1) : Champollion écrivait le  « Caire » avec un « K », comme il était d’usage à l’époque. Nous avons laissé l’orthographe initiale.
(2) : le terme de « janissaire » désigne un soldat arabe. Les Janissaires de l’Empire Ottoman étaient l’équivalent des Mamelouks  en Egypte, une milice d’esclaves affranchis au service des califes musulmans, qui sont entrés en conflit avec les présidents égyptiens ou pacha. Pour asseoir son pouvoir, le pacha Méhémet-Ali invita les Mameloukhs à un festin à la citadelle du Caire, les emprisonna et les mis à mort. La comparaison avec les janissaires de l’Empire Ottoman est justifiée : les janissaires étaient également des esclaves, ils faisaient partie des  « esclaves de la Porte » ( Kapı Kulari) ; ils formaient un corps d’élite dans l’Empire Ottoman depuis 1334 et une véritable Etat dans l’Etat (ils assassinèrent plusieurs sultans réfractaires à leur influence). Opposés aux réformes politiques de l’ancienne Turquie, le sultan ou padichâh Mahmoûd II dissout leur armée en 1826 et les remplace par une autre sur le modèle européen. Les janissaires se rebellent, 8000 sont brûlés dans des casernes et 20 000 sont massacrés par la population qui avait répondu à l’appel de mufti (celui-ci déployer avait fait déployer l’étendard sacré du prophète sur la mosquée d’Ahmed). A l’époque de l’expédition d’Egypte de Champollion, les Mamelouks et les Janissaires n’ont donc plus d’influence ni d’existence légale. Le terme désignait probablement un soldat de l’infanterie égyptienne, mis à disposition du consulat pour protéger les ressortissants français.
(3) : interprète. C’est ainsi que l’on appelait les interprètes en Orient.

Laisser un commentaire