Le portail de l'egyptologie

Anubis, le dieu Chacal

Lapparence d’Anubis est dictée par le rôle qu’il joue au sein du panthéon égyptien. Comme Oupouaout d’Assiout et Khentyimentiou d’Abydos, il appartient au groupe des divinités canines. ll est représenté en chacal et rappelle ces chiens qui hantaient alors les abords désertiques des nécropoles. Par assimilation, certaines divinités funéraires ont reçu l’apparence de ces canidés et sont devenues les gardiennes de ces demeures d’éternité.

 

Scène issue du papyrus d'Hounefer montrant la pesée du cœur lors du jugement de l'âme.

Scène issue du papyrus d’Hounefer montrant la pesée du cœur lors du jugement de l’âme.

Anubis passe pour être un fils illégitime d’Osiris et de Nephtys. La légende nous explique comment, après le meurtre d’Osiris par son frère Seth, Isis découvre qu’elle a été trompée par son époux. Elle apprend qu’il aurait eu des relations avec sa sœur Nephtys. De cette union, serait né un fils: Anubis. Une couronne de mélilot laissée par Osiris sur la couche de Nephtys apporte à Isis la preuve définitive de cette infidélité. Mais Osiris, dit-on, aurait confondu les deux sœurs … Craignant la colère de Seth, son mari officiel, Nephtys cache le nourrisson dans les marais. Isis, qui n’a pas eu la chance d’avoir un enfant de son époux, décide de partir à sa recherche. Elle sillonne le pays et finit par le retrouver; elle le nourrit et l’élève pour qu’il devienne son gardien et son plus fidèle compagnon.
Dans la chronologie des faits de ce mythe, Anubis entre en scène alors qu’Osiris a déjà subi le trépas: on imagine que l’accouplement a dû avoir lieu peu avant l’assassinat du dieu. Au contraire, Anubis a été engendré avant Horus puisque ce dernier est un enfant posthume d’Osiris. Le récit de la  »Légende d’Osiris » explique, en effet, qu’après le découpage du corps d’Osiris par Seth, Anubis aide Isis et Nephtys à rassembler les différents morceaux du dieu mort. Puis, Anubis participe aux rites destinés à redonner vie au corps d’Osiris. Il fabrique la première momie et devient, de ce fait, un des principaux protagonistes de la renaissance osirienne.
C’est alors qu’intervient Horus. On dit qu’après la reconstitution du corps d’Osiris par Anubis, Isis la magicienne parvient à concevoir un fils de son défunt mari: le petit Horus, successeur direct et légitime d’Osiris. Il semble donc assez naturel, au regard de son rôle dans la renaissance d’Osiris, qu’Anubis devienne le dieu des embaumeurs et le dieu responsable du défunt dans l’au-delà. Le plus souvent, quand le défunt arrive aux portes du monde inférieur, c’est lui qui se charge de faire l’entremetteur. Lorsqu’au terme de son voyage le défunt se présente devant Osiris, c’est Anubis qui sert d’intermédiaire entre le nouveau venu et le tribunal funéraire: il présente le défunt à ses juges et procède à la pesée de son cœur. Plus tard, si le défunt désire revenir sur terre pour quelque raison que ce soit, il doit en informer Anubis; cette escapade ne sera possible qu’avec son accord exprès dûment consigné sous la forme d’un décret.
Par ses multiples fonctions, Anubis possède différentes appellations, toutes en relation directe avec son rôle essentiel dans la survie du défunt: il est « celui des bandelettes » en tant que dieu des embaumeurs, « président du pavillon divin » appellation donnée à l’édifice où se déroulent les cérémonies de la momification, « seigneur de la nécropole » ou « celui qui est juché sur sa montagne » en tant que gardien des tombes et guide des défunts dans les méandres du monde inférieur.
En réalité, Anubis nous est spécialement familier grâce aux reliefs et aux textes figurés dans les sépultures royales ou civiles de la Vallée du Nil. Il ne faut toutefois pas oublier que, pendant l’époque pharaonique, il bénéficie d’un culte populaire très bien implanté dans les différents centres religieux du pays, en particulier à Thèbes comme à Memphis. Son sanctuaire principal se trouve en Moyenne-Égypte, à Cynopolis, la « Cité des Chiens ».

Laisser un commentaire