Le portail de l'egyptologie

Le Grand Sphinx

Les sphinx, lions à tête humaine (la force unie à l’intelligence), symbolisent le dieu Harmakhis, « Horus dans l’horizon », soleil éclairant et vivifiant le monde, et aussi, par extension, le pharaon « Horus vivant sur terre », qui en même temps qu’il protège l’Egypte de toute sa puissance, répand sur elle ainsi que le soleil des bienfaits de toutes sortes. Cette habitude de représenter le roi et d’évoquer sa puissance par l’effigie du sphinx date des premiers âges de l’histoire d’Egypte et se continua pendant tout son cours. Les sphinx étaient la plupart du temps disposés en alignement de chaque côté de l’allée qui conduisait aux pylônes des temples. Celui-ci, qu’on peut vraisemblablement dater du Moyen Empire, fut successivement usurpé par le roi hycksos Apopi, puis par Menephtah, fils de Ramsès II, et enfin par Sheshonk 1er, roi de la 22eme dynastie.

L’entrée de ce monument au Louvre, aussi bien que celle des autres antiquités qui composaient la collection Salt, s’accompagna de circonstances assez curieuses pour qu’on en relate ici le souvenir. Au début du dernier siècle la découverte, par Champollion, de la signification des hiéplateau-gizehroglyphes, avait suscité tant d’intérêt passionné pour les œuvres d’art de l’antique Egypte que nombre de collectionneurs, aussi intéressés qu’avisés, s’étaient mis à les rassembler. Parmi les mieux placés étaient Drovetti et Salt, consuls généraux, l’un de France, l’autre de Grande-Bretagne en Egypte et qui, à grand renfort d’agents, de courtiers, rivalisaient avec acharnement pour s’assurer la possession des plus belles œuvres à vendre. Le grand sphinx avait échappé à Drovetti qui se proposait de vendre sa collection à la France.

Malheureusement, il ne put en obtenir de Louis 18 le prix qu’il en réclamait et qui lui fut offert par le roi de Sardaigne et des Deux-Siciles : c’est cette première collection Drovetti qui constitua le fond du musée égyptologique de Turin. Quant à la collection Salt, qui contenait le grand sphinx, son destin fut au moins aussi inattendu. Alors que le consul anglais la dirigeait sur son pays, elle fut, en cours de route, détournée de sa destination primitive par Champollion qui parvint à la faire acheter 250.000 francs par Charles 10. 12eme dynastie

Caractéristiques: granit rose; haut. 2 m. 06, long. 4 m. 80.

Laisser un commentaire