Le portail de l'egyptologie

Cours de Hiéroglyphes – 1ère Leçon

Pour ce premier cours de hiéroglyphes nous commencerons par une phrase la plus simple possible,

Phrase telle qu’on peut la voir sur un mur

шг иЙл Чк тре

Découpage en mot

шг

иЙл

Чк

тре

Attribution phonétique et codée

j

w

bA k

A1

Xr r

n h t

M1

Translittération phonétique

jw

       bAk         ou bȜk

     Xr      ou ẖr

nh.t

Avec voyelles

jw

bAk

Xèr

néhèt

Prononciation approximative

you

bak

chère

néhète

     Traduction littérale      (mot à mot)

ici et maintenant

serviteur

sous

sycomore

Traduction

le

serviteur

est

sous

le

sycomore

Les exemples de ce cours de hiéroglyphes seront toujours présentés dans cet ordre ci, et nous analyserons chaque ligne l’une après l’autre.

Tout d’abord la 1ère, une phrase comme on peut la voir gravée ou peinte sur un monument. Que peut-on observer ?

La phrase est horizontale. Chaque hiéroglyphe est un dessin plus ou moins identifiable et ils n’ont pas tous les mêmes proportions. Les animaux et l’homme regardent dans la même direction. Le tout semble agencé de façon harmonieuse comme si l’on essayait de combler les vides. L’espace entre chaque hiéroglyphe ou empilement de hiéroglyphes est le même, empêchant de distinguer les sous-éléments de la phrase (mots).

Reprenons ces observations, la phrase est horizontale. on peut ajouter que dans l’exemple et les suivants, elle se lit de gauche à droite, ceci est par pure commodité. Les égyptiens, suivant le bon vouloir de l’artiste, traçaient les signes de gauche à droite, de droite à gauche ou de haut en bas (les colonnes se lisant à partir de celle de gauche ou celle de droite). Si bien que l’exemple de cette leçon:

exemplehl

aurait aussi bien pu se présenter ainsi:

exemplehr

ou bien comme cela                     ou bien encore

.                                    exemplevl                                  exemplevr

Chaque hiéroglyphe est un dessin plus ou moins identifiable. Chacun représente une chose concrète, le soleil, un aigle, un arbre, un bâton, etc…, pouvant à leur tour représenter une idée. Dans l’exemple de base, les dessins sont dans l’ordre : un roseau, un poussin, un jabiru (Ephippiorhynchus senegalensis), un panier, un homme assis, un billot de boucher, une bouche, de l’eau, un plan d’édifice, un pain, un arbre.

Les êtres vivants regardent dans la même direction, en fait, quelque soit le sens de lecture, leur regard est toujours dirigé vers l’origine de la phrase, donc l’opposé du sens de lecture. A ce propos, il existe des signes conventionnels pour indiquer le sens d’origine du texte cité.

Le tout semble agencé de façon harmonieuse comme si l’on essayait de combler les vides. Les hiéroglyphes sont disposés en quadrats, sorte de carré contenant un ou plusieurs hiéroglyphes. Ce qui donne avec notre exemple : arrowlr      arrowlrb

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire